Where am I?

Where am I?
(Source: L’effet pervers du GPS. Journal Métro, April 9, 2013)
Voir plus bas pour la version Française

Have you ever noticed that if you drive someone home and he or she guides you all the way with precise step-by-step directions you will never remember the route the next time you have to go there alone? You can’t get lost when the person in the passenger seat tells you take a right at the light, and a left after the truck, etc., but good luck when you’re on your own! You would have to be guided many times before you begin to remember any of the turns.

Yet when you are alone and have to pull out a map to figure out your route, you only have to do it once before it seems to burn in your memory. This is because the instructions are not what taught you so much as the process of figuring things out on your own. GPS devices and navigators in the passenger seat will often get us to our destinations but are lousy teachers.

Use it or lose it
The muscles of a person in a cast quickly atrophy from lack of exertion. We see the same thing happen to astronauts after they spend time in space. It doesn’t take long for body parts to start losing their function when they aren’t used. The same thing happens with memory. The ability to learn and remember things is a crucial brain function. Relying too much on electronic devices such as a GPS, while convenient, will ultimately weaken our abilities.

I don’t know if it is myth or reality but comedians constantly make jokes about married couples arguing over the husbands’ refusal to ask for directions. I can just picture those husbands now smugly justifying their stubbornness. In reality both sides in this debate may have a point. There is nothing wrong with using a GPS device or asking someone for directions just as long as we don’t do so automatically.

We are our brains and our brains are us. The abilities to think, analyse, remember, speak and breathe are all in there. Stimulating all parts of our brains will keep them as functional as possible for as long as possible. The more we rely on devices such as calculators, GPS, and spell checkers, the less we rely on our brains’ ability to learn, adapt, remember, and process. Taking the easy way out is tempting but it will exact a price down the road.

By all means, use all of these miracles of modern technology. I do. But if you value your brain, make sure IT is the tool you use the most often.

__________________________________________________________

Voici la version Française:

Où suis-je?

Avez-vous déjà remarqué que si vous reconduisez quelqu’un chez lui en voiture et qu’il vous indique le trajet, étape par étape, vous ne vous en souviendrez pas, la fois suivante? Impossible de s’égarer lorsque votre passager vous dit de tourner à droite au feu de circulation, et à gauche après le camion, etc., mais « bonne chance » pour y arriver seul. Il vous faudrait être guidé plusieurs fois avant de commencer à vous rappeler le trajet.

Pourtant, lorsque vous êtes seul et que vous devez consulter une carte pour trouver votre chemin, il suffit d’une fois pour qu’il se grave dans votre mémoire. C’est que les instructions reçues nous en apprennent moins que le processus de trouver le chemin par soi-même. Les GPS et les copilotes nous feront parvenir à destination, mais ne sont pas nécessairement de bons professeurs.

Ce qui ne sert pas s’atrophie
Pensez à une jambe dans le plâtre, ses muscles s’atrophient rapidement par manque d’exercice. La même chose se produit chez les astronautes, une fois qu’ils ont passé un certain temps dans l’espace. Les différentes parties du corps perdent rapidement leur fonctionnalité si elles ne sont pas utilisées. Il en va de même pour la mémoire. La capacité d’apprendre et de se rappeler est une fonction cruciale du cerveau. Trop se fier à des dispositifs électroniques tels qu’un GPS, même si c’est commode, finit par diminuer nos aptitudes.

J’ignore s’il s’agit d’un mythe ou de la réalité, mais les comédiens font toujours des blagues à propos des couples mariés qui se disputent parce que le mari refuse de demander son chemin. J’imagine ces maris vont maintenant justifier leur entêtement d’un air méprisant. En réalité, les deux parties dans ce débat peuvent avoir raison. Il n’y a rien de mal à utiliser un GPS ou à demander son chemin, pourvu que cela ne se fasse pas automatiquement.

Nous sommes notre cerveau et notre cerveau est nous. Les capacités de penser, d’analyser, de se souvenir, de parler et de respirer y résident toutes. Stimuler toutes les parties de notre cerveau les gardera aussi fonctionnelles que possible, le plus longtemps possible. Plus nous nous fions à des dispositifs comme les GPS et les correcteurs orthographiques, moins nous nous fions aux capacités de notre cerveau pour apprendre, nous adapter, nous rappeler et traiter. Emprunter le chemin de la facilité est tentant, mais il y aura un prix à payer.

Bien sûr, il faut utiliser tous ces miracles de la technologie moderne. Mais si votre cerveau vous est précieux, assurez-vous que ce soit CET outil que vous utilisez le plus souvent.


Tagged as , , .

Posted in Mental health.

Posted on 09 Apr 2013

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

25

One comment to Where am I?

  1. Hélène Mai
    On Apr 12th 2013 at 16:57
    Reply

    Bonjour Dr. Zacchia!
    Ce n’est pas en lien avec votre blog d’aujourd’hui mais j’aimerais que vous regardez ce lien sur comment mieux comprendre les introvertis! Je trouve que la petite BD explique bien la réalité des personnes introverties dans un monde pour les extravertis. J’aimerais savoir ce que vous en pensez?

    Le lien est le suivant:
    http://m.lolsnaps.com/index.html?id=46916